FR | NL
Livraison & retour gratuits en boutique
FR | NL

Nous sommes
Une entreprise familiale française, née en 1927 à Saint-Pierre-Montlimart dans le Maine-et-Loire. Eram est guidée par le souci constant de vous proposer des produits mode, de qualité et au meilleur prix. Nous nous adressons à toute la famille et, par une offre large de chaussures et d'accessoires, cherchons à répondre à tous vos besoins et à toutes vos envies. Marque emblématique, nous avons à cœur d'être proche de vous avec plus de 350 points de vente en France et à l'étranger.
Nous voulons
Une mode démocratique, qui se préoccupe de vos attentes et qui y répond par la sélection de produits tendances, en travaillant les détails, les matières, les couleurs et en collaborant avec les meilleurs créateurs.
Une mode libre où chacun peut s'exprimer à travers son style.
0 %
 
 
1840
Un héritage familial...

En 1840, François Biotteau, le grand-père du fondateur de l'enseigne Éram ouvre une cordonnerie dans le bourg de Saint-Pierre-Montlimart, dans le Maine-et-Loire (49), où se trouve encore aujourd'hui le siège social d'Éram.

L'atelier de Saint-Pierre-Montlimart en 1912
1927
La naissance d'une entreprise historique

Fort de son héritage familial, Albert-René Biotteau crée sa propre entreprise : les « Établissements Biotteau-Guéry ». L'entreprise porte le nom d'Albert-René et celui de son épouse, Marie-Josèphe Guéry.

1930
L'essor industriel

Albert-René Biotteau acquiert sa première usine qu'il implante dans le bâtiment de l'ancienne coopérative des Mauges, à proximité de l'endroit où son grand-père tenait son atelier de cordonnerie.
Peu de temps après, il rachète deux nouveaux lieux de production afin de répondre à la croissance rapide de l'entreprise.

1932
Naissance de la marque Éram

Albert-René Biotteau crée, avec sa femme, la marque Éram. En avance sur son temps, il nomme la marque d'après une anagramme composée des premières lettres inversées de son prénom (René) et celui de sa femme (Marie).
Après cinq ans d'existence, la société emploie une centaine de personnes et fabrique 600 paires à la journée. En 1933, l'entreprise double sa production quotidienne et emploie 200 salariés.

1936
L'innovation comme force

Pour démontrer la solidité et la souplesse de ses semelles conçues selon un procédé qu'elle a développé, l'entreprise les met à l'épreuve en organisant des démonstrations publiques. La semelle est attachée par des chaînes, d'un côté à une voiture, de l'autre à un camion : la semelle plie, mais ne se rompt pas !

Cette année-là, les Établissements Biotteau-Guéry innovent encore en ouvrant la première ligne de montage taylorienne de l'Ouest.

 
1942
Ouverture du premier magasin Éram

Le fondateur finalise un projet qui lui tenait à cœur depuis longtemps : faire d'Éram un détaillant de chaussures. Il explique ce choix par le besoin pour la marque d'« être parfaitement renseignée sur les besoins du marché et l'évolution des goûts et des désirs de la clientèle ».

1950
Les années 50, les débuts d'une marque populaire

En 1950, l'entreprise la « Manufacture Française de Chaussures Biotteau-Guéry » devient la « Manufacture Française des Chaussures Éram ».
Ce mouvement marque la volonté de développer une marque populaire et en relation directe avec sa clientèle. Pour renforcer sa notoriété auprès du grand public, Éram adopte alors, en 1952, un nouveau slogan « Et nous préférâmes, Éram ». Elle le fait illustrer par Jean Effel (François Lejeune, 1908-1982), célèbre pour ses illustrations dans la presse et ses dessins publicitaires.

1954
La révolution en marche

En 1954, la marque dépose le brevet d'un procédé révolutionnaire : la semelle « Plastifor ». Il s'agit de la première semelle jamais conçue en plastique. Développé par Paul Guéry, le beau-frère du fondateur, ce procédé permet une fabrication plus économique qui fera le succès industriel et commercial de l'entreprise. Une dizaine d'usines sont alors créées pour répondre à la demande des consommateurs, ce qui fera d'Éram par la suite le 1er fabriquant de chaussures en France.

En parallèle de cette innovation, l'entreprise lance la marque « Vylar » : des chaussures à la semelle plastique réputée inusable qui connaîtront un énorme succès.

1969
Création de la franchise

À la fin des années 60, l'entreprise est devenue la seconde enseigne nationale avec 80 succursales en France. Pour accélérer son développement, Éram importe en France le concept américain de la franchise. L'entreprise crée en 1969 un club des franchisés, le « Club Éram », qui permet à l'entreprise d'accroître son réseau de façon exponentielle.

1971
Gérard Biotteau succède à son père

Entré dans l'entreprise en 1940, il poursuit la mutation d'Éram : la marque passe du statut de fabriquant de chaussures à succès à celui d'acteur majeur de la distribution.

1970/80
Une histoire de publicité

Inscrit dans son ADN depuis les débuts de la marque, c'est naturellement que celle-ci à su s'imposer dans l'univers publicitaire.
« Si les héros des contes de fées avaient connu Éram, tout aurait pu être différent » c'est le thème d'une série de dessins réalisés par Moëbius en 1977. Moëbius, alias Jean Giraud, est l'auteur de BD réalistes et un très grand illustrateur publicitaire. La série propose un mélange insolite et poétique entre l'univers des contes de fées et l'amour de la science-fiction de l'illustrateur.

Lorsque le 1er octobre 1967 la publicité est autorisée à la télévision, Éram investit massivement ce nouveau média. Entre 1970 et 1980, la saga Éram totalise environ 60 films ! Leur anti-conformisme, leur folie douce et leur capacité à capturer l'ambiance d'une époque font le succès des publicités de la marque.

C'est le publicitaire Philippe Michel, l'un des fondateurs de l'agence CLM BBDO, qui imagine le concept décalé des publicités Éram. Etienne Chatiliez, le réalisateur de « La vie est un long fleuve tranquille », réalise les premières publicités d'Éram et leur donne une tonalité unique.

1979, naissance du slogan mythique « Il faudrait être fou pour dépenser plus » auquel répondent avec humour les publicités télévisées.

 
1987
Le spot « Les danseurs », avec Marc Lavoine, se voit attribuer un Sept d'Or de la Publicité
1980/90
Éram devient la première enseigne française de chaussures

Avec 500 magasins et 10 000 paires produites par jour, Éram devient l'enseigne leader de son marché. Son succès lui permet de se diversifier par le rachat ou la création de marques. Éram devient alors un groupe multi-enseignes qui se hisse aujourd'hui parmi les plus grands acteurs européens de mode accessible. En 2015, le groupe Éram représente 1528 points de vente et emploie plus de 11 300 collaborateurs.

Découvrir les marques du Groupe Éram

Le siège du Groupe Eram à Saint-Pierre-Montlimart
1998
La troisième génération à l'œuvre

Xavier Biotteau, fils cadet de Gérard Biotteau, devient le président du directoire d'Éram SA. Son frère aîné Luc Biotteau en prend la vice-présidence.

2009
Ouverture de la boutique en ligne Éram.fr

Avec le lancement de son site e-commerce, la marque pose les bases de sa digitalisation. Éram est l'une des premières enseignes françaises de chaussures à opérer cette transformation. Fidèle à son sens du service et de l'innovation, elle propose dès le démarrage la livraison gratuite en magasin.

2013
Éram est lauréat du Janus du Commerce et de l'Enseigne d'Or 2013 pour son nouveau concept de boutiques

Éram fait coup double et remporte deux prix pour son nouveau concept. Dans un design à l'esprit urbain, il est conçu comme le Grand Dressing de la Femme. L'ambiance loft y est réchauffée par des matériaux chaleureux, une ligne de mobilier maison, un stylisme décalé et les yellow-twists de la marque en clin d'œil à son jaune emblématique.

Enseigne de proximité, chacun des concept-stores Éram est personnalisé en fonction de son emplacement et de l'histoire de celui-ci.
La marque montre également son amour des belles choses en intégrant sur ses flagships des œuvres originales à la décoration.
Éram présente « Ce qui fait marcher les filles »

Avec cette web comédie musicale 100% féminine, Éram renoue avec l'esprit décalé et la musicalité de ses publicités télévisées. Le spectacle met en scène cinq filles qui décident de créer un spectacle pour sauver leur restaurant préféré de la butte Montmartre. Chacune y incarne son propre style, interprète sa propre chanson et utilise ses chaussures comme une arme anti-crise. L'occasion pour la marque de célébrer les femmes d'aujourd'hui, décomplexées et sans tabous.

 
2014
Les créateurs s'invitent chez Éram

En s'associant avec Rodolphe Ménudier, créateur dans de grandes maisons de haute couture, Éram réalise l'exploit de proposer des modèles de chaussures et de maroquinerie de luxe à prix abordable !
Avec cette collaboration, Éram revendique son savoir-faire chausseur et le caractère mode de ses produits.

Transmission et savoir-faire

Pour préserver et transmettre son savoir-faire, le Groupe Éram ouvre, en avril 2014, une École de la Chaussure dans son usine de Montjean-sur-Loire (49).
En partenariat avec Pôle Emploi, Éram ouvre sa formation de 6 mois à vingt demandeurs d'emploi (hommes et femmes âgés de 25 à 48 ans) par session. À la clé, un certificat de qualification professionnelle, reconnu par la branche de l'industrie de la chaussure.

L'usine de Montjean-Sur-Loire est rénovée en 2015 et accueillera 200 salariés à long terme. Au total, le Groupe Éram fabrique 1,1 millions de chaussures en France chaque année.

2015
Éram Black Code

Lancement d'une ligne Gentleman, une collection haut de gamme « cousu Blake » dans la tradition des grands chausseurs.

Inès-Olympe Mercadal pour Éram

Cette nouvelle collaboration est une surprise inattendue entre la première enseigne française de distribution de chaussures Éram et l'univers branché et très personnel d'Inès-Olympe MERCADAL. À travers des modèles aux noms évocateurs comme Mademoiselle Venus, Lolalita, Lady Païva ou encore Cora Manana, la jeune créatrice réinterprète les codes les plus chics des courtisanes, les premières ambassadrices de la séduction.

Voir l'interview d'Inès-Olympe Mercadal

Ich&Kar <3 Éram

Le duo Ich&Kar réveille la rentrée des classes en créant en exclusivité pour Éram un sac en coton et un carnet au motif géométrique...addictifs.
Éram a donné carte blanche aux designers pour interpréter son univers et créer ces deux objets iconiques. Pour ce faire, Ich&Kar retourne aux sources de la marque et trouve l'inspiration dans les années de sa création : les années trente. Le duo revisite l'époque, traduit des codes de Bauhaus pour en donner une vision contemporaine.
Motifs trois couleurs, jaune et noir en base, hommage aux couleurs du chausseur, accompagnées d'un bleu ciel ou d'un rose poudré, forment une palette graphique ultra tendance. Jeux de lignes et de surfaces, les couleurs s'entrecroisent pour créer un motif architecturé et dynamique, à la fois mode et élégant.
Mettre le design à la portée de tous : à l'instar de la marque qui depuis ses débuts offre au plus grand nombre des chaussures créatives de qualité, ce projet souligne la volonté du duo de partager avec une marque populaire des signes considérés habituellement comme plutôt élitistes, afin de diffuser leur vision d'un design de grande qualité et accessible.

De plain-pied dans le digital

Éram fait peau neuve avec son nouveau site e-commerce. Y sont intégrés de nouveaux services innovants et son nouveau programme relationnel, Éram & Moi, qui viennent une fois de plus renforcer la proximité et l'échange de la marque avec sa clientèle.

 
Avec plus de 300 boutiques en France et à l'étranger, l'enseigne leader poursuit son développement.
La saga continue…